Connectez-vous S'inscrire
Racing Forever
Racingforever
Racing Forever

MotoGp 2022 : Bagnaia champion du monde à Valencia

Contrat rempli pour Bagnaia et Ducati.


Publié par le Dimanche 6 Novembre 2022 à 16:25



Bagnaia remporte son premier titre mondial avec Ducati (Photo Ducati)
Bagnaia remporte son premier titre mondial avec Ducati (Photo Ducati)
Le championnat du Monde MotoGp s'est dénoué sur le circuit Ricardo Tormo à Valencia en Espagne. Francesco Bagnaia (Ducati) et Fabio Quartararo (Yamaha) s'affrontaient dans un dernier duel déséquilibré car l'Italien avaient presque tous les avantages de son côté.

Jorge Martin (Ducati Pramac) a signé la pole position en signant encore un tour dont il a le secret. Mais la surprise est venue de Suzuki qui quitte le MotoGp avec un succès d'Alex Rins qui s'impose de peu devant Brad Binder (KTM) et Martin.

Fabio Quartararo devait gagner obligatoirement, il finit 4e , non sans s'être battu comme un vrai champion.

Bagnaia a connu une course difficile mais sa tâche était accessible, en terminant 9e , il remporte son premier titre mondial dans la catégorie reine au guidon d'une Ducati qui aura été immanquablement la moto la plus rapide de l'année.

Jorge Martin en pole

Jorge Martin de nouveau le plus rapide sur un tour
Jorge Martin de nouveau le plus rapide sur un tour
Sur le scénario de cette ultime étape, la qualification revêt une importance capitale pour la course. Si Bagnaia est en mode défensif, il peut toutefois s'appuyer sur des équipiers Ducati fort rapides.

Parmi-eux, on retrouve encore le fabuleux Jorge Martin, une nouvelle fois le plus rapide sur un tour. L'Espagnol s'est rapproché du record de la piste détenu par Jorge Lorenzo. Il ne le bat pas mais signé une 5e pole position cette année et la 9e de sa carrière MotoGp. Il a même contribué à la seconde place de Marc Marquez qui a pris son sillage pour signer le 2e temps.

La première ligne est complétée par Jack Miller, lui aussi un candidat à la victoire.

Rins et Suzuki terminent sur une bonne note

Quel meilleur moyen de finir que de gagner chez Suzuki
Quel meilleur moyen de finir que de gagner chez Suzuki
C'était la grande annonce de cette saison, le retrait de la marque Suzuki des grands prix MotoGp. Alex Rins et Joan Mir n'ont pas eu une saison très facile. Pour Rins, toutefois, c'était un peu mieux depuis sa victoire en Australie.

Rapide, Rins s'élançait depuis la 5e position de la grille. Mir était 12e. On attendait donc pas trop les pilotes pour la victoire mais finir sur une bonne note était un bel objectif.

Alex Rins l'a plus que rempli puisqu'il remporte la course après un départ canon qui le place en première place au premier virage. Il devance Martin et Marc Marquez dans les premiers tours.

Miller reprend la 3e place à Marquez au 6e tour. Au 10e passage, Marc Marquez n'est plus une menace en chutant.

Rins tient bon sa première place malgré un retour plus qu'inquiétant de Brad Binder. La KTM remonte très près de Rins mais l'espagnol tient bon et signe son 2e succès de l'année. Une belle fin pour Suzuki qui dit au revoir à la MotoGp de la meilleure manière. 

Brad Binder manque de peu la victoire

Brad Binder aurait pu l'emporter (Rob Gray Polarity Photo)
Brad Binder aurait pu l'emporter (Rob Gray Polarity Photo)
Chez KTM aussi, on souhaitait bien finir la saison. Au vu de ses résultats et temps au tour, on pensait qu'Oliveira pourrait signer un bon résultat. Mais le Portugais s'est raté aux qualifications. Il ne partait que 14e.

En revanche, Brad Binder était en 3e ligne à la 7e place. Son départ n'a pas été rapide mais il s'est très vite placé dans le sillage de Quartararo et Bagnaia.

Sans peur, il est ensuite remonté vers le podium pour occuper la 5e place après la chute de Marc Marquez. La 2e partie de la course semblait à son avantage mais il va perdre un précieux temps à doubler Quartararo, Miller et Martin.

Dans le dernier tour, Rins avait encore un petit avantage de 7 dixièmes. Trop tard pour espérer une victoire mais cette 2e place démontre encore une fois le talent de Brad Binder sur la KTM. Il est le meilleur pilote sur cette moto. (6e au championnat)

Fabio Quartararo s'est battu comme un beau diable !

Fabio Quartararo s'est bien battu à Valencia (Photo Yamaha)
Fabio Quartararo s'est bien battu à Valencia (Photo Yamaha)
Avec 23 points de retard, la tâche du français pour remporter un second titre était compliquée. Pas d'autres choix pour Fabio que d'être en mode attaque.

Le pilote Yamaha s'est sorti du piège des qualifications de façon brillante avec le 4e chrono. On voit mal comment il aurait pu faire mieux avec sa machine. Aucun autre pilote pour l'aider chez le constructeur alors que dans le clan Ducati on peut compter sur plusieurs pilotes de pointes.

Malgré cela, Quartararo n'a pas abdiquer. Son départ était correct et très vite la confrontation avec son rival Bagnaia va avoir lieu. D'abord en bagarre avec Miller, Quartararo se confronte avec Bagnaia qui le touche. Un mini aileron de la Ducati s'arrache lors d'un contact qui aurait pu mal tourner.

Les 2 pilotes poursuivent leur route non sans avoir perdu le contact avec les 4 premiers.

Finalement, Fabio va continuer son mode attaque et reprendre la 5e place Bagnaia dans le tour 4. Bagnaia est en délicatesse avec sa machine et ses pneus et perd des positions. Mais tant que Fabio ne gagne pas aucune chance que le titre change de camps.

Fabio va continuer à se battre mais il ne peut pas lutter face à Brad Binder qui le double au 18e tour. Miller lui redonnera une position en chutant. Mais la victoire s'échappe au profit d'une Suzuki. Quelque soit le résultat final de Bagnaia, le titre s'envole car le contrat n'est pas rempli.

Finalement 4e, Quartararo aura toutefois démontré sa pugnacité et n'aura rien lâché jusqu'au dernier tour.

Bagnaia, successeur de Rossi et Agostini

Bagnaia dans la lignée de ses ainés
Bagnaia dans la lignée de ses ainés
A l'image du clan Ducati, toute l'Italie aura retenu son souffle pour que le titre de Bagnaia se concrétise. Avec son avantage de 23 points, ses 7 victoires contre 3 à Quartararo, Bagnaia était en mode défensif et faussement tranquille à Valencia.

Il a dominé la seconde partie de la saison mais le rendez-vous de Valencia doit encore se dérouler. Timidement qualifié en 8e place, le pilote officiel Ducati se plaint beaucoup du comportement de sa machine avec les pneus.

En course, le départ est bon, sa lutte avec Quartararo aurait pu mal finir avec le contact et la perte d'un appui aéro. Mais il a gardé son sang froid et malgré la perte de plusieurs positions au fil des tours, sa 9e place finale lui assure de rentrer dans la légende des champions MotoGp.

Il succède à Valentino Rossi ( dernier titre en 2009) et le grand Giacomo Agostini. Ducati renoue avec le titre pilote après celui de Casey Stoner en 2007.

Bagnaia aura gagné avec sa Ducati : 7 victoires, 5 poles et 10 podiums cette année. Il est donc logique de le voir champion du monde avec de tels résultats.

Classements


Créateur de Racing Forever - Reporter & photographe sports mécaniques En savoir plus sur cet auteur





Notre page Facebook

Nos videos
Olivier Jennequin | 04/12/2022
Olivier Jennequin | 20/11/2022
Stéphane GAUTHIER | 13/11/2022
Stéphane GAUTHIER | 12/11/2022