Connectez-vous S'inscrire
Racing Forever
Racingforever
Racing Forever

24 heures de Spa 2022 : Akkodis Asp l'a fait !

Enfin la victoire pour l'équipe de Jérôme Policand.


Publié par le Lundi 1 Août 2022 à 19:41



Mercedes en réussite à Spa-Francorchamps (Photo Mercedes-Benz Group)
Mercedes en réussite à Spa-Francorchamps (Photo Mercedes-Benz Group)
L'édition 2022 aura été la bonne pour l'équipe de Jérôme Policand qui a vu une de ses Mercedes s'imposer enfin aux 24 heures de Spa-Francorchamps lors de la 74e édition.

Le trio Marciello/Gounon/Juncadella remporte l'épreuve après une course encore bien mouvementée et difficile.

Mercedes sort grand vainqueur de cette épreuve et fait le doublé avec le team Getspeed. Stolz/Schothorst/Götz sont arrivés seconds à 31s des vainqueurs.
 
Audi WRT se console en gagnant la catégorie Silver Cup avec l'équipage Neubauer/Goethe/Simmenauer.

AF Corse donne le succès à Ferrari en Pro-Am avec  Machiels/Bertolini/Costantini/Rovera.

Dans la catégorie bronze, Kurtz/Juffali/Pierburg/Müller s'offre la première place à bord de  Mercedes-AMG de performance automobile SPS.

Enfin, bravo à l'équipe entièrement féminine Iron Dames qui remporte la Gold Cup avec Frey/Bovy/Gatting/Pin.

66 concurrents sont venus en Belgique pour disputer LA course GT de l'année. Le beau temps a été au rendez-vous mais l'épreuve a été rude comme chaque fois avec son lot de péripéties.

Après la disqualification de la Lamborghini #6 de Caldarelli pour non conformité, c'est la Mercedes #88 de Marciello qui part depuis la première place sur la grille de départ.

Mais Klaus Bachler s'est porté rapidement en tête avec sa Porsche n°54 du Dinamic Motorsport. Le pilote autrichien est resté leader durant le premier relais avant de voir tous les espoirs s'effondrer au cours de la nuit. 

Akkodis ASP a été en pointe durant toute la première partie de la course pour marquer des points intermédiaires précieux.

La BMW n°98 du ROWE Racing a aussi brillée : Avec une bonne stratégie, l'équipage composé de Nick Catsburg, Augusto Farfus et Nick Yelloly s'est placé devant et a affiché un très bon rythme avec les basses températures.

La Porsche n°47 de KCMG est remontée du fond de grille jusqu'en haut du classement au petit matin. Nick Tandy a pris la tête vers 7h du matin.

L'épreuve s'est corsée dans la matinée de dimanche.

La BMW n°98 était en tête après 16 heures de compétition avec Yelloly au volant.

Jonathan Hui a fait monter la tension chez Akkodis ASP quand il a envoyé Jules Gounon en tête à queue. Heureusement, ce dernier a pu remettre sa Mercedes rapidement en action.

La Mercedes-AMG n°88, la Porsche n°47, la BMW n°98, la Ferrari n°71 et l'Aston Martin n°95 du Beechdean AMR étaient en capacité de viser un très bon résultat.

Intervient alors un des points forts de la course avec le duel entre Gounon et Thiim. Aucun des 2 pilotes ne voulaient céder sa position à l'approche du Raidillon.

Le Français semblait avoir pris de l'avance dans le Raidillon, mais Thiim a gardé le pied à fond et est allé au contact obligeant la Mercedes à sortir de la trajectoire. Mais cet incident a aussi envoyé l'Aston Martin en tête à queue.

Pendant ce temps une autre équipe Mercedes avait optimisé ses relais. La Mercedes #2 du GetSpeed ​​est devenue un challenger sérieux pour la victoire.

Alors que l'événement entrait dans ses deux dernières heures, la compétition semblait se réduire à une bataille à trois voitures, mais l'équipe ROWE a connu une désillusion quand Nick Yelloly a crevé. Le pilote britannique est rentré aux stands comme il a pu mais ses espoirs de victoire ont été anéantis. 

La Mercedes n ° 2 AMG Team GetSpeed ​​n'avait pas vraiment le rythme pour combattre Akkodis ASP. En effet, avec des pneus plus frais, Marciello et Luca Stolz se sont expliqués également dans le virage de la Source. Côte à côte, mais la voiture GetSpeed ​​a tassé la n ° 88 et Marciello a rebondi sur le gravier, un incident pour lequel Stolz s'est excusé plus tard.

Malgré une perte de temps considérable, la voiture d'Akkodis a pu obtenir une autre occasion au tour suivant. Il n'y a pas eu de drame cette fois, le pilote suisse a pu dépasser sans problème.

Marciello a fait un sans faute jusqu'à l'arrivée, prenant finalement le drapeau à damier avec 31 secondes d'avance sur Team GetSpeed. ​​L'équipe Iron Lynx a complété le podium avec son équipage n°71 composé de Davide Rigon, Antonio Fuoco et Daniel Serra sur Ferrari.

Les autres catégories

Audi sauve l'honneur en Silver Cup
Audi sauve l'honneur en Silver Cup
La catégorie Silver Cup est revenu à Audi WRT après une compétition difficile qui a vu un certain nombre de prétendants tomber.

Al Manar Racing by HRT a dominé le premier, atteignant même la sixième place du classement général avec Fabian Schiller au volant de sa Mercedes-AMG #777, mais a été éliminé après 2h31 de course seulement

Tresor by Car Collection était le suivant à prendre la tête, mais son Audi n°11 s'est retrouvée dans les barrières juste avant les sept heures. Haupt Racing Team a pris le contrôle toute la nuit, mais sa Mercedes-AMG a abandonné dans la matinée.

Conséquence, l'Audi #30 Team WRT, l'Audi #99 Attempto Racing et la Lamborghini #14 Emil Frey Racing se sont battus ensemble. La #14 a eu une crevaison à 45 minutes de la fin. Cela a laissé les deux équipes Audi courir pour la victoire qui est revenu à WRT avec Thomas Neubauer, Benji Goethe et Jean-Baptiste Simmenauer au volant.

La bataille du  Pro-Am a connu un début calme, mais le pire a eu lieu dimanche matin. La Ferrari #52 d'AF Corse s'est imposée en tête du peloton, remportant la sixième victoire de classe de l'équipe depuis 2011 et une troisième pour ses pilotes fidèles Louis Machiels et Andrea Bertolini.

La Porsche n°24 d'Herberth Motorsport avait mené dès le début mais le désastre a frappé à la 18e heure. Au milieu d'un groupe de voitures, Arthur Rougier est passé à l'intérieur de Niki Leutwiler et il y a eu un contact entre les deux, envoyant la Porsche filer dans le gravier. Il a été enlevé par un véhicule de sécurité, mais s'est retiré peu de temps après lorsque sa roue arrière gauche s'est détachée.

Cela a promu Garage 59 à la première place, mais Andrea Bertolini a fait un dépassement sur Miguel Ramos, mettant la Ferrari #52 AF Corse en tête.

Ensuite un contact entre la GT du Garage 59 et la Ferrari #93 Sky du Tempesta Racing envoie Ramos dans le rail, détruisant l'avant de la McLaren et nécessitant une longue réparation. Cela a donné un avantage irrattrapable de trois tours à Machiels et Bertolini qui s'imposent.

En bronze , bien que composé que de 2 voitures, la catégorie fut disputée. La Mercedes-AMG de performance automobile n°20 SPS et la BMW n°35 Walkenhorst Motorsport sont restées ensemble pendant la majorité des 24 Heures, souvent séparées de quelques secondes seulement et échangeant leurs places à plusieurs reprises.

C'est finalement une petite erreur qui a décidé de la victoire : une sortie hors piste a endommagé le plancher de la BMW, l'envoyant aux stands pour réparation. Cela a permis à la Mercedes-AMG #20 de s'imposer avec son équipage George Kurtz, Reema Juffali, Valentin Pierburg et Tim Müller. 

Des femmes en or !

Des pilotes en or !
Des pilotes en or !
Iron Dames a remporté une victoire retentissante et immensément populaire à la Gold Cup. Le premier équipage entièrement féminin de l'ère GT a couru sans rencontrer de problèmes majeurs pendant les premières étapes, puis a pris la tête de la catégorie pendant la nuit.

La Ferrari n ° 83 a pris un avantage de deux tours tout au long de la seconde moitié de la course. 

Ainsi, Rahel Frey, Sarah Bovy, Michelle Gatting et Doriane Pin pouvaient aller chercher la victoire sans rencontrer d'obstacles et prouver une fois de plus que les femmes savent bien piloter dans une épreuve si difficile.

Classement et commentaires des vainqueurs

24 heures de Spa 2022 : Akkodis Asp l'a fait !
Raffaele Marciello, #88 AMG Team Akkodis ASP Mercedes-AMG : "Je n'ai pas gagné en 2017, l'année dernière j'ai eu un problème, l'année précédente était la même et j'ai toujours vu quelqu'un d'autre gagner cette course et c'est devenu frustrant de regarder d'autres pilotes et marques gagnent quand je suis passé si près et que je n'ai pas gagné jusqu'à présent.

Peut-être que nous n'étions pas aussi rapides ici cette année qu'auparavant, mais nous avons fait du bon travail avec les pneus et mon coéquipier a fait un travail incroyable, en plus l'équipe était parfaite lors des arrêts aux stands et nous n'avions pratiquement pas de piste limite les problèmes. Nous étions à peu près aussi parfaits que nous pouvions l'être aujourd'hui."
Jules Gounon, #88 AMG Team Akkodis ASP Mercedes-AMG : « L'émotion est assez incroyable. L'année dernière a été très difficile pour nous, mais nous savions que nous avions la voiture pour ça, mais ça a été un crève-cœur quand nous avons eu la panne mécanique.

Mais j'ai eu la chance de gagner cette course quand j'avais 22 ans et à l'époque je n'avais pas réalisé à quel point c'était difficile de gagner cette course.

Ensuite, en venant ici depuis des années et en ne le gagnant pas, vous voyez le défi et vous savez que gagner ici est quelque chose de très spécial. Je pense que pour gagner cette course, vous avez besoin de tout; les coéquipiers, l'équipe, la voiture… tout pour réussir. Je pense que c'était juste notre journée aujourd'hui."
Dani Juncadella, #88 AMG Team Akkodis ASP Mercedes-AMG: « On pouvait voir l'émotion de l'équipe et de Jérôme. Il poursuit cette victoire depuis si longtemps et a eu une voiture super rapide lors des qualifications au cours des trois dernières années, et de superbes équipages de pilotes, mais nous ne semblions pas y arriver auparavant.

C'est une course tellement longue avec tellement de choses qui se passent. J'ai toujours le sentiment que Spa vous a choisi et pendant toute la course, j'ai eu le sentiment que les choses allaient dans notre sens. Il y a une situation que je veux expliquer.

Avant le drapeau rouge, je suis entré et le pédalier était complètement lâche, et je ne pouvais pas conduire car les pédales montaient et descendaient et j'essayais d'aller à fond. Après trois virages, il y avait un parcours jaune complet, et j'ai essayé de le réparer mais je n'ai pas pu, puis la voiture de sécurité, je n'ai pas pu le faire non plus, mais ensuite le drapeau rouge est arrivé et j'ai pu m'arrêter et sortir et travailler avec mon mécanicien pour le réparer.

Sinon, la course aurait été à peu près terminée, et ce sont les petits coups de chance dont vous avez besoin pour gagner une course comme celle-ci. Mes coéquipiers ont fait un excellent travail et l'équipe était excellente avec la stratégie.

Cette fois, nous avons fait un spectacle parfait et les choses se sont déroulées dans notre sens et nous voilà vainqueurs de Spa."

Créateur de Racing Forever - Reporter & photographe sports mécaniques En savoir plus sur cet auteur



Notre page Facebook



Nos videos
Stéphane GAUTHIER | 07/08/2022
Stéphane GAUTHIER | 07/08/2022
Stéphane GAUTHIER | 04/08/2022
Stéphane GAUTHIER | 04/08/2022
Stéphane GAUTHIER | 01/08/2022